Les supplices infligés aux esclaves
Article Numéro 3.19 Adultes, jeunes et lycéens
Soumis par: MOF
Date: 19/08/2013
Nombres de Visiteurs: 799
Commentaires: 0
Source: De Vaissière, Pierre. Saint Domingue : 1629-1789 - La société et la vie créoles sous l’ancien régime. Perrin et Co, 2e édition, octobre 1908.

Les brûlures 

Le supplice du fouet comporte mille raffinements inhumains. Certains maîtres faisant interrompre l’opération pour passer sur les fesses du patient un morceau de bois en feu destiné à rendre plus douloureuse la suie de la fustigation; d’autres – sous le prétexte de cautériser les plaies saignantes des suppliciés, mais bien souvent pour augmenter leur torture, – font verser sur ces plaies du piment, du sel, du citron, de la cendre, de l’aloès, de la chaux vive

– Ensuite tous les supplices dont le feu est le principe: “des malheureux jetés vivant dans les fours ou sur des bûchers, certains disposés au-dessus du foyer pour que leurs pieds, leurs jambes et leurs cuisses soient seuls atteints; d’autres auxquels “on allume le feu au-dessus”

On applique des lattes chauffées à blanc sur la plante des pieds, les chevilles, le cou de pied, que l’on rafraichit d’heure en heure pour faire durer et recommencer le supplice; quelques-uns qu’on “remplit” de poudre comme des bombardes; des femmes dont on brûle avec des tisons ardents les “parties honteuses”; d’autres dont on asperge de cire ardente les bras, les mains, les reins; certains sur la tête de qui l’on diverse la bouillie brûlante des cannes avec de grandes cuillères de sucrerie”.

 

QUESTIONS

 

Notez les différents supplices réalisés avec du feu.

Que devaient ressentir les esclaves subissant ces peines ?  Expliquez.

Que pensez-vous de tels traitements ?  Certains d’entre eux sont-ils utilisés de nos jours ?

Pensez-vous que les colons étaient humains ?  Sinon, comment les qualifieriez-vous ?

Quels sentiments devaient avoir les esclaves vis-à-vis des colons ?

*Thumbnail source:

Laisser un commentaire