Les révoltes d’esclaves sur les négriers
3.07 - slaves jumping ship
Article Numéro 3.07 Adultes, jeunes et lycéens
Soumis par: MOF
Date: 27/05/2013
Nombres de Visiteurs: 689
Commentaires: 0
Source: De Vaissière, Pierre. Saint Domingue : 1629-1789 - La société et la vie créoles sous l’ancien régime. Perrin et Co, 2e édition, octobre 1908.

Avec un pareil régime de compression, les révoltes étaient fréquentes.

  • Révoltes passives quelquefois, comme lorsque les captifs refusent toute nourriture et prennent le résolution de se laisser mourir de faim, éventualité redoutable pour le négrier, car tel est le désespoir auquel se voit des capitaines faire rompre à coups de barres de fer bras et jambes aux plus entêtés qu’on laisse ainsi exposés aux regards de leurs compagnons.

Et l’on devine qu’après cela, avec telle cruauté, sont réprimées les révoltes à main armée.

  • Quelques captifs laissés libres ont détaché les fers des autres qui, à un signal donné, se sont précipités sur l’équipage.  Le plus souvent, ils ont été vaincus et soumis alors à d’atroces tortures.  On en peut juger par celles que, sur le simple soupçon d’une révolte, un capitaine négrier inflige en 1724 à ses noirs.  Il en condamne deux à mort.  Le premier est égorgé devant les autres: le capitaine lui fait arracher le coeur, le foie et les entrailles, ordonne de les partager en 300 morceaux, et contraint chacun de ses esclaves à en manger un, menaçant du même supplice ceux qui refuseraient.  Le second est une femme: suspendue à un mât, elle est d’abasourdie, fouettée jusqu’au sang; puis on lui enlève plus de cent morceaux de chair avec des couteaux, jusqu’à ce que les os fussent à nu et qu’elle expirât ».

Sauf des cas de cette nature ou des épidémies – la petite vérole, le scorbut – la mortalité n’était pas si forte.  A cela s’ajoutait, il est vrai, le nombre des noirs qui, une fois le navire en rade, se jetaient à la mer, chose qui arrivait d’autant …On « rompait » vifs ces malheureux parfois, ce qui rendait ce supplice beaucoup plus affreux qu’en Europe où les criminels étaient ordinairement étranglés avant de le subir.

QUESTIONS

Qu’entend-on par révolte active et révolte passive ?  Quelle forme prenait la révolte passive des esclaves sur les négriers ?

D’après le texte, quelles formes prenaient les punitions suite aux révoltes actives?  Relevez des exemples.

Quels autres incidents entrainaient parfois la mort des esclaves sur les négriers ?

Selon le texte, les tortures sur les négriers étaient-elles pires que les tortures de l’époque en Europe ?  Qu’est ce qui permet de le dire ?

*Thumbnail source: FCIT

Laisser un commentaire