La nourriture des esclaves dans les négriers
Article Numéro 3.05 Adultes, jeunes et lycéens
Soumis par: MOF
Date: 13/05/2013
Nombres de Visiteurs: 841
Commentaires: 0
Source: De Vaissière, Pierre. Saint Domingue : 1629-1789 - La société et la vie créoles sous l’ancien régime. Perrin et Co, 2e édition, octobre 1908.

La nourriture, que sur les négriers français, on donne aux captifs deux fois par jour, à neuf heures du matin et à quatre heures du soir, n’est guère faite pour les remonter beaucoup.  Du biscuit, du petit mil, du riz, de l’eau; une ou deux fois par semaine un petit coup d’eau-de-vie pour les ranimer, voilà l’ordinaire habituel.  Et si les vivres viennent à manquer, certains négriers ne s’embarrassent pas outre mesure.  Dans l’ouvrage intitulé Substance of the evidence on the slave trade, l’auteur rapport que “le capitaine Leloup et autres capitaines et négociants lui ont dit que, lorsque des vaisseaux négriers français sont retenus par des calmes ou des vents contraires et sont menacés d’une disette de provisions, ils mêlent dans les aliments des esclaves du poison pour s’en défaire”.  ( Métral, Les esclaves, 1836, 2 vol. in – S”, t. I, p.36)

 

QUESTIONS

 

Combien de fois mangeaient les esclaves sur les négriers ?  A quelles heures ?

Faites la liste des mets servis durant ces repas ? 

A votre avis, comment devait être l’état de santé et l’état physique des esclaves à la fin du voyage ?

Que faisaient certains capitaines si il manquait de nourriture ? Qu’en pensez-vous ?

*Thumbnail source:

Laisser un commentaire